L’écrivain croqué

Histoire de l’arroseur arrosé…

Rémi Checchetto, auteur de nombreuses œuvres poétiques et théâtrales, pratique régulièrement l’art du portrait. Mais les élèves de terminale L et leur professeur de lettres lui ont joué avec plaisir un petit tour d’écriture…

Un désert de sable chauffé par le soleil
Deux gouttes d’eau au milieu du visage
Comme deux puits attendant un voyageur assoiffé.

 

Il est là de l’autre côté de la table
La peau marquée par de longs face-à-face avec le soleil et le vent
Les chaussures à la couleur du sable
Il semble patient, il attend ;

Les cheveux à l’ondulation des dunes,
La voix aussi reposante qu’un édredon,
Il a l’air parfois dans la lune,
Jamais il ne hausse le ton ;

Les doigts impatients de retrouver les touches de son clavier,
Il a coupé ses ongles il est prêt…
Si tu avais à faire un seul portrait des lycéens que tu as rencontrés,
Qu’est-ce que tu en dirais ?

 

Cool comme Raoul,
Rémi porte des chaussettes cools.
Offertes par ses filles,
elles lui rappellent sa vision de la vie :
ne pas se prendre la tête, la vie file.
Les ongles courts, il porte, pour raconter la vie.
Celle des gens, dans le simple but de décrire le monde.
Comme un appareil photo,
il flashe et capture les moments, l’instant présent.
Mais Rémi dis-moi, quelle est ta saison préférée de l’année ?

 

RéMiDo en chante les mots
Musique les contraires
et leurs vice et versa

Il a des fenêtres accrochés à ses regards
Et des portes comme des paysages

Il a des chaussettes multicolores
mais il ne faut pas en parler
parce que ça commence à bien faire cette histoire de chaussettes!

Mais d’où vient le bracelet qui orne son poignet?

 

Il s’appelle Rémi, il est encore endormi,
Il déteste se lever tôt pour aller nous voir,
Il préfère rester avec ses casseroles,
car lui la cuisine il en raffole.
Ses yeux ne sont pas trop ouverts,
peut-être par manque de sommeil !
Ses cheveux châtain ne sont pas du matin…

 

Il n’aime pas le désordre mais préfère l’ordre,
Il préfère son lit que de venir ici,
mais quand il s’agit d’écriture, il est le premier levé et grimpe sur les murs.
Il est observateur et c’est un bon côté, mais sa fainéantise le pousse à l’opposé.
A Avignon où il est né, il pleut peu mais bien assez
mais en cas d’intempérie, il vient se réchauffer ici.
Il est écrivain et ça ne l’empêche pas de parler dans un langage familier

Il est assis sur sa chaise,
Penseur, observateur,
Avec nous il est à l’aise,
Il semble même rêveur.
Il nous parle avec humour,
Utilise des mots familiers,
Ce n’est pas un concours,
On va pas en faire un pâté.
Il dit être fainéant,
Il n’aime pas se lever tôt,
Avec lui c’est le néant,
Bien que ce soit un rigolo.
Il nous a dévoilé ses origines,
Il vient d’Avignon,
Ce n’est pas la ville voisine,
Mais c’est là-bas que se trouve le pont.
Et comme l’a dit Rémi,
C’est le pont qui s’est cassé la gueule,
Mais il nous a menti,
Car ce pont ne s’est pas cassé la gueule.